Le blog ePagine

Conseils de lecture, entretiens, actualité numérique :

le Livre-Avenir ne se fera pas sans les libraires.

14 octobre 2012

Lecture de « Haïku », un thriller signé Eric Calatraba (Numeriklivres)

Après vérification dans sa filmographie sur Wikipédia, je peux affirmer sans me tromper que je n’ai jamais vu Steven Seagal au cinéma (eh oui…). En revanche, Kill Bill de Tarantino, si. The Killer de John Woo, aussi. Et Les Sept Samouraï de Kurusawa, itou.
J’ai fait du judo mais pas d’aïkido.
J’ai en tête quelques airs d’opéra mais à « Questions pour un champion », Eric Calatraba s’en sortirait haut la main.
Je connais assez bien l’Italie du Nord (la région des Lacs surtout) ; le Japon, ça sera pour le printemps prochain.
Je lis régulièrement des haïkus, ceux de Bashō et de Issa en particulier.
Je n’ai jamais conduit de moto ; à vélo, déjà, je suis un danger public (plusieurs accidents à mon actif).
Je lis très rarement des thrillers mais il m’arrive de faire des exceptions, comme cet été.
Je n’ai a priori jamais croisé de représentants de la mafia russe ou chinoise.
Jusque-là, je n’ai pas eu l’occasion de m’intéresser de près au trafic d’organes.
Je suis allé une fois à Genève et deux fois dans la région niçoise.
J’ai lu le premier tome de Haïku d’Eric Calatraba une nuit d’insomnie.
J’ai lu le deuxième tome de Haïku d’Eric Calatraba en deux soirs.
J’ai beaucoup aimé Haïku d’Eric Calatraba, la force de ce thriller tenant dans l’extrême précision des sujets abordés (cf. la liste supra).
Petit bémol toutefois : les personnages quasi gémellaires et complémentaires (l’un est le bon et l’autre le méchant – même si au fil de l’histoire l’un pourrait remplacé l’autre) sont parfois un peu trop magnifiés, me semble-t-il.
Autre petit bémol : ce roman aurait peut-être gagné en force si on l’avait allégé de quelques adjectifs.
Mais pour le rythme, la vitesse, le mélange des genres et le goût des détails, je trouve que ce thriller est sacrément efficace, bravo à l’auteur !
Pour résumer, que vous aimiez les grosses cylindrées ou pas, les poèmes japonais ou pas, les arts martiaux ou pas, l’opéra ou pas, les voyages à travers le monde ou pas, les histoires de mafia et de code de l’honneur ou pas, les courses-poursuites ou pas, ruez-vous sur Haïku ! Le premier tome est vendu 0.99 € et le deuxième, 3.49 €. C’est Eric Calatraba qui tient le sabre, c’est Numerik:)ivres qui joue avec le katana et ça se lit en numérique (sans DRM, avec tatouage). Un extrait de chacun des tomes peut être téléchargé gratuitement sur ePagine (ici et ) ainsi que sur les sites des libraires partenaires.

ChG

© ePagine - Powered by WordPress