Le blog ePagine

Conseils de lecture, entretiens, actualité numérique :

le Livre-Avenir ne se fera pas sans les libraires.

15 septembre 2013

Actualité de la semaine ePagine [du 9 au 15 septembre 2013]

À partir d’aujourd’hui je proposerai chaque dimanche un billet dans lequel revenir sur la semaine écoulée. Vous y trouverez des liens vers les derniers articles de ce blog que vous n’avez peut-être pas eu le temps de lire dans la semaine mais aussi quelques mises en avant récentes de la librairie ePagine. En bonus aujourd’hui, un roman que je viens de terminer et qui m’a beaucoup plu, La main de Joseph Castorp de João Ricardo Pedro publié aux éditions Viviane Hamy.

 

— LES BILLETS DE LA SEMAINE DU BLOG EPAGINE —

 

► 13.09.13 : ePagine publications numériques vous offre La Grande panne de Théo Varlet
ePagine vient de fabriquer (via son studio ePub) et de mettre en ligne sur epagine.fr son sixième livre numérique : La Grande panne de Théo Varlet, un roman d’anticipation publié en 1930 par un passionné d’astronomie et de sciences, à la fois poète et auteur de science-fiction, un visionnaire souvent salué par la critique littéraire dans les années vingt et trente mais dont l’œuvre n’a quasiment pas été rééditée après sa mort. Ce texte et les cinq précédents sont offerts en permanence sur la librairie ePagine avec tout téléchargement de livres numériques payants ou gratuits ou bien encore sur simple demande. La préface est signée Xavier Dollo.

► 11.09.13 : Chroniques des Ombres, le feuilleton de Pierre Bordage (mise à jour)
Depuis le 24 juin, Pierre Bordage et les éditions Au diable vauvert nous invitent à suivre une aventure post-apocalyptique en 36 épisodes intitulée Chroniques des ombres. Trois épisodes par semaine (lundi, mercredi et vendredi) jusqu’à parution de l’intégrale en papier et en numérique. Comme annoncé sur le site ActuaLitté, un problème de santé a empêché Pierre Bordage de terminer son feuilleton dans les temps. La maison d’édition a donc mis à jour le calendrier de parution des prochains épisodes, à savoir : épisode 28 le 16 septembre ; épisode 29, le 18 ; épisode 30, le 20 ; épisode 31, le 23 ; épisode 32, le 25 ; épisode 33, le 27 ; épisode 34, le 30 ; épisode 35, le 2 octobre et épisode 36, le 4 octobre. Quant à l’intégrale, elle sera disponible dès le 7 octobre.

► 10.09.13 : SILO de Hugh Howey (Actes Sud, coll. Exofictions) en cinq épisodes avant intégrale
Après avoir été auto-édité aux États-Unis et vendu via Amazon US à plus de 500.000 exemplaires mais avant d’être adapté au cinéma, le roman de Hugh Howey, Wool, arrive en France (sous le titre SILO) grâce aux éditions Actes Sud qui profitent du lancement de ce titre pour inaugurer leur nouvelle collection de SF, « Exofictions ». Respectueux du procédé d’écriture et de diffusion de l’auteur, Actes Sud, avant de le proposer en papier dans les librairies, a choisi de le publier en numérique de manière fragmentée : toutes les semaines, le mercredi, un nouvel épisode est mis en ligne (du 4 septembre au 1er octobre) et le 2 octobre l’intégrale paraîtra conjointement en papier et en numérique.

09.09.13 : Les 10 articles les plus consultés en août 2013 sur le blog ePagine
Retour sur les dix articles les plus consultés au mois d’août 2013 sur ce blog, un mois très creux dans ses trois premières semaines et qui s’est rapidement rempli au moment de la rentrée littéraire et du salon international du livre insulaire à Ouessant où ePagine était invité dans le cadre de Numér’île.

 

— DEUX MISES EN AVANT DE LA LIBRAIRIE EPAGINE —

 

Le généticien Albert Jacquard est mort cette semaine à l’âge de 87 ans. De son engagement, de son humanisme et de ses travaux, il nous reste la lecture de ses ouvrages. ePagine a sélectionné cinq titres parmi la petite vingtaine disponible en numérique. Cliquez ici pour accéder à plus de titres.

 

Vient de paraître Pietra viva de Léonor de Récondo (Sabine Wespieser éditeur) qui revient sur un moment douloureux de la vie de Michelangelo, roman qui suit pas à pas le Maître à Carrare en 1505. Cet été j’ai lu Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias Enard (Actes Sud), roman sur la création, l’utilisation des artistes par les puissants et la confusion des sentiments, un texte très sensuel paru en 2010 qui met en scène un supposé autre épisode de la vie de Michelangelo, en 1506 cette fois : sur invitation du Sultan de Constantinople, le génie de la Renaissance va tenter de concevoir un pont grandiose sur la Corne d’Or, défi que n’aurait pas réussi à relever Léonard de Vinci. Je me suis souvenu aussi que les guides MAF (spécialistes de Vinci) avaient publié en mai dernier un guide où visiter la Toscane sur les pas du sculpteur, peintre et poète. D’autres titres (romans, essais, biographies,…) sont bien entendu disponibles en numérique mais regrouper au moins ceux-là me semblait important. Pour découvrir la sélection compète sur ePagine, cliquez ici.

 

— PARMI MES DERNIÈRES LECTURES —-

 

Dans ce que j’ai lu cette semaine, je retiendrai surtout La main de Joseph Castorp, premier roman traduit en français de l’auteur portugais João Ricardo Pedro (Viviane Hamy) tout fraîchement publié (disponible en papier et en numérique). Je ne connaissais pas l’auteur mais j’avais une grande confiance avant de l’aborder (souvenez-vous comme j’avais déjà été emballé l’an passé par l’inoubliable Un voyage en Inde de Gonçalo M. Tavares). A priori cet auteur n’a rien à voir avec Tavares ni sur la forme ni sur le fond sauf peut-être cette manière qu’il a lui aussi de renouveler le genre romanesque en racontant l’histoire d’une famille portugaise sur plusieurs générations sans se soucier de la linéarité ni de raconter les faits exacts. Il tourne autour des personnages, mélange les époques et les registres de langues, construit son roman-puzzle avec de courts chapitres qui peuvent être lus de manière autonome, comme des nouvelles. Il n’oublie rien des grandes blessures ni des sauvageries contemporaines (période salazariste, répressions, guerre d’Angola, exil massif…), s’empare de tout un pan de l’histoire de la musique classique, nous bringuebale dans tout le Portugal mais aussi en Europe et en Amérique du Sud, décrit à la Perec les faits et gestes de personnages, soigne les dialogues, les chutes, parle de l’amour, de la maladie ou de la mort avec une grande habileté, a un style époustouflant… Pour moi c’est du grand art. On me dit souvent que la littérature portugaise n’est pas facile à lire. Et si pour une fois vous alliez voir ce qui s’écrit, s’invente et se crée dans ce pays ?

 

ChG

13 septembre 2013

ePagine publications numériques vous offre La Grande panne de Théo Varlet

 

Après Les Dimanches de Jean Dézert de Jean de La Ville de Mirmont (juillet 2012), L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono (décembre 2012), L’Homme en proie aux enfants d’Albert Thierry (février 2013), Quelques pas de solitude de Pascal Dessaint (mars 2013) et César Capéran de Louis Codet (juillet 2013), ePagine vient de fabriquer (via son studio ePub) et de mettre en ligne sur epagine.fr son sixième livre numérique : La Grande panne de Théo Varlet, un roman d’anticipation publié en 1930 par un passionné d’astronomie et de sciences, à la fois poète et auteur de science-fiction, un visionnaire souvent salué par la critique littéraire dans les années vingt et trente mais dont l’œuvre n’a quasiment pas été rééditée après sa mort. À lire la préface que Xavier Dollo consacre à ce roman et dans laquelle il revient sur cette découverte qui a modifié son parcours de lecteur, une préface que nous publions en partie infra.

Ce texte et les cinq précédents sont offerts en permanence sur la librairie ePagine avec tout téléchargement de livres numériques payants ou gratuits ou bien encore sur simple demande. Avec cette collection, ePagine souhaite planter sa forêt numérique : éditer, au gré des idées et des envies de toute son équipe, des œuvres libres de droits et partager ces textes qui, le plus souvent, n’ont jamais été édités en ePub ou ne sont disponibles que sur des sites concurrents des librairies indépendantes. Ainsi, plutôt que de produire à la volée des centaines de textes issus du domaine public, ePagine préfère publier peu mais avec la garantie que les fichiers sont soignés et de qualité (composition et correction). ePagine propose donc des textes choisis à l’unanimité par son « comité éditorial », des textes qui bénéficient du savoir-faire de Sébastien Cretin et de son équipe (Karen Etourneau, Damien Desroches et Xavier Mottez) : graphisme, écriture xhtml, feuilles de style (CSS, navigation interne, activation des tables des matières, index, hyperliens, nouvelles compositions typographiques (mise en page, polices, lettrines, taille des titres, des signatures,…)), relecture, recherches et notices bio-bliographiques. Ces éditions sont presque toutes enrichies d’une préface ou d’une dédicace qui fait sens ainsi que d’une bio-bibliographie fouillée et soignée.

Toute l’équipe de ePagine tient à remercier Xavier Dollo, auteur de la préface de cette édition numérique de La Grande panne.

ChG

 

Extrait de la préface de La Grande panne par Xavier Dollo

« Il est des écrivains que, parfois, l’on croit être seul à connaître et aimer. On trouve même cet état de fait profondément injuste et frustrant, parce que l’on admire l’écrivain. Sans contestation possible, Théo Varlet entrerait dans cette catégorie des mal aimés et des mal connus. (…) Grand oublié, à mon sens, de l’omnibus consacré à la science-fiction ancienne dirigé par Serge Lehman, Chasseurs de Chimères, Théo Varlet n’en reste pas moins une figure marquante du merveilleux scientifique, lui qui était doté d’un style attrayant, d’une langue maîtrisée et d’un imaginaire vraiment original, éclectique et atypique. De la poésie au roman, Varlet aura exploré de nombreuses facettes de la science-fiction ; avec André Blandin, par exemple, il signe une belle uchronie avant l’heure, La Belle Valence, explore une poésie classique – il aime le sonnet – mais originale dans son approche thématique, le terme de poésie « cosmique » étant assez parlant ; avec Les Titans du Ciel (premier volume de l’Épopée Martienne), en collaboration avec Octave Joncquel, il imagine un système solaire rempli de vie extraterrestre où la Terre prend contact avec les martiens et les joviens, où les martiens – voir ici l’influence déjà très forte de H.G. Wells – ont des intentions nocives envers notre planète.
(…) La Grande Panne, paru en 1930, raconte l’épopée d’une jeune femme intrépide, Aurore Lescure – Varlet se démarque déjà de son époque par cette utilisation d’un personnage féminin fort – qui a tenté d’atteindre la Lune dans une fusée construite par son père, un savant américain. Cependant, elle rapporte dans ses bagages un organisme qui se nourrit d’électricité ! (…) Derrière un récit d’aventures très bien mené, Varlet explore à sa manière des questions de société, l’avenir de l’humanité et les conséquences des progrès scientifiques. »

Xavier Dollo,
auteur et éditeur de science-fiction

 

Théo Varlet : quelques éléments bio-bibliographiques

Né en 1878 à Lille, Théo Varlet passe une grande partie de sa jeunesse à voyager en France et en Europe. Après trois recueils publiés avant la première guerre mondiale, il traduit dans les années 20 et 30 de nombreux auteurs anglo-saxons dont Stevenson, Melville et Kipling et publie également une vingtaine de recueils de poésie, de récits et de romans d’anticipation, souvent salués par la critique. Malgré les éloges, quasiment aucun de ses ouvrages n’a été réédité après sa mort survenue en 1938.

Quelques œuvres marquantes : Heures de rêve (Ninez et Lecocq, 1898), Notes et poèmes (éditions Du Beffroi, 1905), Les Titans du ciel (en collaboration avec Octave Joncquel, E. Malfère, 1921), L’Agonie de la terre (en collaboration avec Octave Joncquel, E. Malfère, 1922), La Belle Valence (en collaboration avec André Blandin, E. Malfère, 1923), Le Roc d’or (Plon et Nourrit, 1927), Ad astra et autres poèmes (A. Messein, 1929), La Grande Panne (éditions des Portiques, 1930), Aurore Lescure, pilote d’astronef (L’Amitié par le livre, 1943).

© ePagine - Powered by WordPress