Le blog ePagine

Conseils de lecture, entretiens, actualité numérique :

le Livre-Avenir ne se fera pas sans les libraires.

27 mai 2014

« Mes réveils se ressemblent tous, désormais. »
La faux soyeuse, Eric Maravélias

Filed under: + Conseils de lecture,+ Nouveautés numériques,+ Qui lit quoi ?,+Thrillers — Stéphane Michalon @ 15:17
La faux soyeuse Éric Maravélias

La faux soyeuse
Éric Maravélias

 

« Mes réveils se ressemblent tous, désormais. »

La faux soyeuse Éric Maravélias Gallimard – Série noire

Quais du Polar 2014, Eric Maravélias présente son ouvrage « La faux soyeuse » paru aux éditions Gallimard. 

Eric Maravélias (retranscription de l’interview-vidéo réalisée par la librairie Mollat) :

« La faux soyeuse se passe dans la banlieue parisienne, et ça couvre … on va dire de la fin des années 70 (le tout début des années 80) jusqu’en 1999, qui est la fin du livre. Au niveau de la construction, il y a « avant » et « aujourd’hui ». Le personnage vit l’heure H. Il est à ce moment là. Il nous parle. Il est dans le moment présent, dans l’état où il est à ce moment là, dans un état assez dégradé. Et au cours du livre il raconte de quelle manière il est descendu si bas. On voit à travers ce livre l’arrivée de l’héroïne en masse, en France, puisque c’est la France que je connais, dans la banlieue parisienne et à Paris, vers 1981.

Eric Maravélias – La faux soyeuse par Librairie_Mollat

En fait moi dans mon esprit, et c’est ce qui s’est passé, ça correspond à l’élection de François Mitterrand. Ça n’a rien à voir évidemment, simplement l’année après son élection la came était partout, donc on peut peut être faire un lien avec les russes qui étaient en Afghanistan. Il y a un financement de la guerre, comme c’est souvent le cas, par l’opium ou l’héroïne, ou la cocaïne pour l’Amérique du sud, c’est très lié souvent. Bon ça je ne le traite pas dans le livre, je dis juste qu’en 81 l’héroïne a débarqué sur la France, et sur les banlieues et surtout que ça a changé nos vies, évidemment, parce qu’à cette époque là on ne connaissait rien de l’héroïne. Il n’y avait pas de prévention des risques. Il n’y avait aucun reportage sur la dépendance. On savait même pas qu’on s’accrochait à l’héroïne, c’est pour vous dire. C’est à dire que moi j’ai connu de nombreux amis qui, quand ils ont ressenti le manque, par exemple au bout de deux mois d’utilisation de l’héroïne, ne savaient pas ce que c’était. Je me rappelle, je le dis dans le livre, je me rappelle d’un pote à moi qui avait l’impression d’avoir une grippe, il devait avoir quinze ans et demi, et il disait : « je sais pas ce que j’ai mais j’ai l’impression que je vais l’avoir toute ma vie ». C’est assez incroyable comme prémonition parce qu’effectivement, ça n’a peut être pas duré toute sa vie, mais quelques décennies.

On parle de ça, de cette arrivée qui change tout, à partir de 86-87, et plus encore à partir de 90-91, avec l’arrivée du sida, et là c’est l’hécatombe évidemment, ce ne sont plus seulement des overdoses, c’est la maladie qui décime tout le monde, avec des traitements qui ne sont pas au point, l’AZT qui ravage les malades, parce que c’était surpuissant et surdosé.

Dans cette histoire on va suivre un jeune qui s’appelle Franck qui, vers seize ans, commence à traîner dans la rue, commence à fumer des joints, à fréquenter des troquets un peu malsains et qui doucement va glisser, d’une manière qu’on ne peut pas dire imperceptible, mais quand même quelques part oui, sournoise.  C’est venu comme ça,  doucement, et à un moment il se rend compte qu’il est plus bas que terre, et c’est devenu un pauvre chien, même dans sa tête, jusqu’à la fin. Il y a une histoire d’amour aussi entre ce gars et une femme, histoire d’amour qui finit mal comme les histoires d’amour bien souvent finissent mal, en général, et celle-ci finit mal.

C’est un peu cela ce livre : donner une vision aux gens de cet univers mais pas comme on le voit d’habitude. Vous voyez, moi, mon but c’était qu’à la fin on aime les personnages, malgré leur laideur, malgré leurs vices, malgré leur langage pourri, qu’à la fin on les aime parce qu’on se rend compte que ceux sont des gens comme vous et moi qui ont un cœur qui bat. Il bat juste beaucoup trop vite, beaucoup trop fort, ils sont hypersensibles, souvent la vie les heurte, et le refuge c’est de se faire mal à soi même.

Eric Maravélias – La faux soyeuse par Librairie_Mollat

Voilà, c’est ça le livre, en fait c’est une autre vision de ce monde qui n’a rien à voir avec les reportages, avec les médias {qui nous jouent du violon}. Là, franchement, vous allez être immergé dedans et je peux vous dire sincèrement, avec tous les retours que j’ai maintenant, qu’on n’en sort pas indemne, vraiment. Ça pousse à réfléchir. Pour tous ceux qui ont vécu ces années, ça les ramène à des moments vraiment difficiles, ils m’ont tous dit que ça les a bouleversés parce que c’est tellement précis dans les détails, il faut l’avoir vécu pour parler des gestes, le langage, ce qu’on achetait comme produit, comme seringue quand elles n’étaient pas en vente libre, les vaccins particuliers dans lesquels il y avait des seringues… Tout ça ça les ramène forcément vingt ans en arrière, malgré la vie qu’ils ont construite parce que toute la vie, ce sera là.

La faux soyeuse c’est ça, elle vous fauche d’accord, mais de façon soyeuse, c’est la came, c’est doux, c’est bon, à la fin on est quand même dans la fosse. »

Eric Maravélias.
La faux soyeuse
Série Noire
Gallimard

la-faux-soyeuse-eric-maravelias

la-faux-soyeuse-eric-maravelias

La faux soyeuse, « ça vous ramène forcément vingt ans en arrière« . Libraire il y a vingt ans je me demande ce qu’en aurait pensé Cavana, forcément. Car, forcément, chacun dédierait sa lecture de ce livre à quelqu’un. 17 ans. Je voudrais dédier ma lecture à Marie Souvoroff. Ce n’était pas le 92, c’était le 78, mais c’était les mêmes années. Ce n’était pas « Chez Léon », c’était « Le Soubise », chic au pire, à la même overdose. C’était le lycée, une autre terminale.
A vous de lire.
Stéphane Michalon
ePagine

© ePagine - Powered by WordPress